L'exposition

Le Mémorial de la Shoah a souhaité commémorer le 105e anniversaire du génocide des Arméniens, précurseur des violences et crimes de masse du XXe siècle, mais qui continue de faire l’objet d’un déni.

Dans le contexte propice de la Première Guerre mondiale, le régime dictatorial et ultranationaliste du Comité Union et Progrès, à la tête de l’Empire ottoman, a mis en œuvre la destruction systématique et planifiée de ses citoyens arméniens : arrestation et exécution des notables de la capitale et des grandes villes, massacres des hommes adultes et des conscrits, déportation de toute la population civile vers les déserts de Syrie et de Mésopotamie, élimination des survivants de ces marches de la mort dans des camps de concentration. D’avril 1915 à décembre 2016, environ 1 200 000 Arméniens ont été assassinés.

Interdits de retour par la République turque dirigée par Mustafa Kemal, les rescapés et leurs descendants forment aujourd’hui une diaspora mondiale, principalement en Russie, aux Etats-Unis, au Moyen-Orient et en France.

 

DÉCOUVRIR

 

Photo ci-contre : La tabatière de Serpouhie. « Cette tabatière porte le souffle de ma mère, et je voudrais qu’elle retourne dans une famille arménienne » © Bardig Kouyoumdjian

Photo bandeau site (haut) : Porte d’une maison arménienne dans laquelle vivaient deux familles (les Haygian et les Abdo) © Bardig Kouyoumdjian

Déclaration de l’Entente • Paris, 24 mai 1915 • Urgent

« Depuis un mois environ, la population kurde et turque de l’Arménie procède de connivence et souvent avec l’aide des autorités ottomanes à des massacres des Arméniens. De tels massacres ont eu lieu vers la mi-avril à Erzeroum, Dertchun, Eguine, Akn, Bitlis, Mouch, Sassoun, Zeitoun et dans toute la Cilicie ; les habitants d’une centaine de villages aux environ de Van ont été tous assassinés ; dans la ville même, le quartier arménien est assiégé par les Kurdes. En même temps, à Constantinople, le Gouvernement ottoman sévit contre la population arménienne inoffensive. 

En présence de ces nouveaux crimes de la Turquie contre l’humanité et la civilisation, les gouvernements alliés font savoir publiquement à la Sublime Porte qu’ils tiendront personnellement responsables des dits crimes tous les membres du Gouvernement ottoman ainsi que ceux de ses agents qui se trouveraient impliqués dans de pareils massacres. »

Source : AMAE, A-Guerre 1914-1918, Turquie, Arménie, août 1914-décembre 1915, 887 (1CPCOM/887), fol. 127. Mentions marginales manuscrites : « Note pour l’Agence Havas » ; « Envoyer copie à M. Sharp [ambassadeur des Etats-Unis en France] en le priant de faire notifier par son Gouv[ernemen]t au Grand Vizir » ; « 2 copies faites, 25 mai 1915 ».